Revenir à Recherche

Gestion intégrée du bassin versant

Nos travaux visent à développer :

  • une meilleure compréhension des déterminants du devenir des produits phytosanitaires dans le milieu, notamment au sein des éléments du paysage pouvant jouer le rôle de Zones Tampons, en étudiant les voies de transfert hydrique des produits phytosanitaires.
  • une modélisation spatialisée rendant compte des processus dominant le transfert de ces substances à l’échelle du bassin versant, afin de permettre une hiérarchisation de scénarios d’occupation du sol (y compris les aménagements tels que bandes enherbées ou fossés) et de pratiques agricoles associées,
  • une meilleure connaissance de la dynamique des concentrations dans le milieu, permettant de contribuer à une évaluation des impacts et risques environnementaux associés.

Les enjeux sociétaux associés concernent l’évaluation et la gestion du risque de contamination (au sens de l’exposition du milieu) des eaux de surface par les produits phytosanitaires en vue :

  1.  de réduire les flux vers l’aval et notamment au sein des aires d’alimentation de captage et
  2.  de réduire l’impact environnemental (en appui à la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’Eau).

Cela passe par le développement de méthodes et d’outils de compréhension, de quantification, de prévention, et de remédiation des transferts diffus et de mesure de l’exposition au sein du cours d’eau. Un des enjeux est également de faciliter l’appropriation des concepts utilisés et outils développés par les acteurs de terrain, pour permettre d’aller vers une gestion concertée à l’échelle du bassin versant. Dans ce sens, l’accent est mis sur le lien avec les acteurs locaux, pour aller jusqu’à la co-construction des questions de recherche.

Genèse des flux et voies de transfert des produits phytosanitaires

Après leur application dans le milieu, les produits phytosanitaires sont soumis à des processus de dégradation et d’adsorption qui conduisent à l’atténuation de la part de ces substances susceptible d’être mobilisée au cours des pluies vers le cours d’eau.

Zones Tampons

Le terme de zone tampon (« buffer zone » en anglais) désigne tout espace interstitiel du paysage rural, maintenu ou expressément mis en place pour assurer une fonction d’interception et d’atténuation des transferts de contaminant d’origine agricole vers les milieux aquatiques.

Mesure de la contamination dans les cours d’eau

Les transferts hydriques de produits phytosanitaires sont très variables dans le temps et l’espace, et la caractérisation de la contamination au sens de l’exposition du milieu aquatique s’en trouve compliquée, notamment pour les petits cours d’eau au fonctionnement dynamique (ordre 3 ou inférieur), qui « construisent » la qualité des cours d’eau plus importants.

Modélisation intégrée à l’échelle du bassin versant

La prise en compte des éléments du paysage, tels que les haies, les bandes enherbées, les fossés, etc.… est indispensable pour modéliser le devenir des pesticides. Leur transfert est en effet très sensible à la présence de discontinuités, qui peuvent soit l’accélérer (fossé, route) soit le ralentir et l’atténuer (bande enherbée, haie).