Revenir à Recherche

Expertise et appui aux politiques publiques

Nos travaux permettent d’alimenter une démarche d’expertise et de venir en appui aux politiques publiques, à l’échelle nationale comme à l’échelle plus locale.

L’équipe a notamment développé des méthodes de diagnostic de vulnérabilité sur les Aires d’Alimentation de Captage où la ressource en eau est d’origine superficielle ou mixte, superficielle/souterraine, ce diagnostic étant une étape essentielle de la démarche de protection ou de reconquête de la qualité de l’eau. Elle a également développé une méthode de diagnostic d’implantation de zones tampons au sein d’un bassin versant ou d’une aire d’alimentation de captage. L’évaluation de la contamination des cours d’eau et de son impact potentiel sur les écosystèmes aquatiques est nécessaire à la fois pour poser l’état des lieux avant de définir un plan d’action et pour évaluer ensuite son efficacité : l’équipe évalue en ce sens des méthodes d’échantillonnage plus intégratifs que les habituels échantillonnages ponctuels. Une méthode d’évaluation du potentiel de contamination des eaux de surface par les pesticides à l’échelle nationale a été développée, pour contribuer à  l’état des lieux 2013 puis 2019 de la Directive Cadre sur l’Eau.

Aires d’alimentation de captage

Le Grenelle de l’environnement a débouché sur l’identification de 507 « Captages Grenelle » particulièrement menacés par la contamination par les polluants d’origine agricole (majoritairement nitrates et produits phytosanitaires), pour lesquels il convient de définir et mettre en œuvre des programmes d’action spécifiques pour protéger efficacement leur aire d’alimentation.

Évaluation du potentiel de contamination à l’échelle nationale

La mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’Eau impose la réalisation d’un état des lieux des milieux aquatiques en 2013. En l’absence de méthode harmonisée au niveau national, et a fortiori au niveau européen, la méthode ARPEGES (Analyse de Risque PEsticides pour la Gestion des Eaux de Surface) a été développée dans ce contexte pour évaluer le risque de contamination globale par les pesticides des masses d’eau de surface de France métropolitaine (Gauroy et al, 2014 ; Adoir et al, 2018).